Le modèle énergétique (nutrition-sédentarité) ne suffit pas à expliquer les épidémies mondiales actuelles d’obésité et de diabète ; des substances chimiques polluantes obésogènes et diabétogènes sont également à l’œuvre. Deux rapports récents, de l’ONG CHEM Trust et du Réseau Environnement Santé (RES), soulignent le rôle que peuvent jouer des substances chimiques auxquelles nous sommes quotidiennement exposé-e-s dans l’augmentation des cas de diabète et d’obésité dans la population.

Télécharger le dépliant