Le Réseau Environnement Santé, Générations futures, HEAL (dont le RES est membre) et 25 autres organisations non gouvernementales européennes ont publié le 19 août une lettre ouverte au Président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker.  Elles émettent des réserves quant au poste de Conseiller scientifique en chef (CSC) auprès du Président de la Commission européenne, poste tenu par Mme Anne Glover sous la présidence Barroso, soulignant que ce rôle pose un problème  fondamental car il est trop dépendant d’une seule et même personne et nuit aux recherches et aux évaluations scientifiques de fond menées par ou pour les directions de la Commission dans le cadre de l’élaboration des politiques publiques. Les signataires soulignent leur attachement à une évaluation scientifique vraiment indépendante et redisent leur conviction que maintenir  la fonction de Conseiller scientifique en chef n’est pas le meilleur moyen pour la Commission de garantir l’élaboration de politiques publiques informées par des données scientifiques probantes et non influencées par les lobbies industriels.

Consulter la lettre